• TSX-V:ECR 0.1100 (0)
  • Volume 2000

Mine chimo

Projet phare, une ancienne mine en production que nous explorons actuellement avec un programme de forage de 34 000 m pour démontrer qu’il peut à nouveau créer de la richesse. Une VIDÉO 3D permet de visualiser les différentes structures de la propriété Mine Chimo.

Faits saillants

MISE À JOUR : 6 SEPTEMBRE 2016

Projet

Mine Chimo

Stade

Forage d’exploration pour délimiter les extensions des nombreuses zones aurifères de la propriété et explorer le potentiel pour découvrir de nouvelles zones aurifères

Substance

Au

Localistaion

50 km au SE de Val-d’Or, Qc (Figure 1)
Feuillet SNRC 32C03
Canton Vauquelin
Latitude : 48°00’42’’ N (5 320 038 UTM N)
Longitude : 77°15’10’’ O (331 995 UTM E)

Droits miniers

La propriété est constituée de 12 claims contigus (Figure 2) qui couvrent une superficie de 334 hectares.

Droits de propriété

Les intérêts de la propriété sont détenus à 100% par Ressources Cartier Inc.

Royautés

IamGold : 1% NSR sur l’ensemble des titres miniers de la propriété.

Éléments clés

La Mine Chimo a produit 379 012 onces d’or (MERN DV 85-05 à DV-97-01).

Accessible à l’année et située proche des moulins à forfait.

14 zones aurifères ont été exploitées de façon intermittente de 1964 à 1997 par trois producteurs.

Les récents travaux de compilation, d’interprétation et de modélisation des données du projet ont permis de compléter la planification d’un programme de travaux qui comprend :

  • du forage pour la délimitation des extensions de dix-huit (18) zones aurifères;
  • du forage pour l’exploration d’une dozaine (12) de cibles à bon potentiel de découverte de nouvelles zones aurifères.

Le programme tient compte de la profondeur ainsi que de la distance séparant les différentes zones aurifères qui seraient accessibles par le puits existant lorsque remis en fonction; c’est-à-dire après installation des infrastructures de surface et le dénoyage du puits.

Ce volume de roche potentielle est découpé en tranches vue en plan (Figure 5), en section transversale (Figure 6) et en sections longitudinales pour chacune des zones aurifères suivantes:

Cibles de forage

« Cluster » aurifère Nord
« Cluster » aurifère Central
« Cluster » aurifère Sud

Présentation

MISE À JOUR : 6 septembre 2016

Caractéristiques du projet

  • La Mine Chimo est située sur la faille Larder Lake-Cadillac à l’extrémité sud-est du camp minier de Val-d’Or (Figure 1);
  • La Mine Chimo a produit un total de 379 012 onces d’or1 répartis sur une période de production de 13 ans à travers 3 compagnies (Tableau ci-dessous).
Date       Compagnie    Tonnage
(tm)      
Teneur
Au
 (g/t)
    Production
Au 
(oz)
1964-67      Chimo Gold Mines  132 738 14,8 63 168
1984-88    Louvem  521 403 5,7 95 395
1989-97    Cambior     1 790 069 3,8  220 449
Total = 2,4 Mt @ 4,8 g/t Au 379 012 oz

 

 

  • Les infrastructures minières consistent en un réseau de galeries distribuées sur 19 niveaux d’une profondeur de 80 m jusqu’à 870 m relié par un puits à 3 compartiments d’une profondeur de 920 m. Bien que le chevalement et les installations de surface (Photo 1) aient été démantelés en 2008, les deux baux miniers sont encore en vigueur. La propriété a reçu les certificats de libération environnementaux des ministères concernés.
  • Les chantiers exploités sont regroupés en 14 zones aurifères distribuées du nord vers le sud de la façon suivante : 1A, 1B, 2, 3, 4B, 5N1, 5N, 5M, 5M2, 5B, 5BS, 6, 6B et 6P (Figures 5 et 6).
  • Les zones aurifères sont associées à des couloirs de déformation affectant les formations de fer oxydées (zones 1A, 1B et 2) et les roches volcaniques ainsi que les volcanoclastites mafiques à intermédiaires (zones 3 à 6P; Figures 35 et 6).
  • La minéralisation des zones aurifères 1A, 1B et 2 consiste en arsénopyrite grenue non réfractaire qui est présente en concentration semi-massive ainsi qu’en filonnets d’arsénopyrite associés à de la pyrrhotite. Les autres zones aurifères, soit de 3 à 6P, sont constituées de 3 types de minéralisation : i) des veines métriques de quartz enfumé noir renfermant de l’or natif pouvant atteindre jusqu’à 5 à 6 m de puissance (Photo 2), ii) des veines métriques à centimétriques de quartz blanchâtre formant une brèche dans le matériel volcanique où les contacts des veines et veinules de quartz sont minéralisées en arsénopyrite aurifère, en pyrrhotite et en pyrite (Photo 3) et iii) une minéralisation disséminée d’arsénopyrite aurifère, de pyrrhotite et de pyrite dans la roche volcanique altérée en biotite et en chlorite (Photo 4).
  • Les zones minéralisées possèdent une signature géophysique marquée par une chargeabilité (anomalies PP), une bonne conductivité (anomalies EM) et un magnétisme faible. Par contre, les zones 1A, 1B et 2 sont localisées dans un haut magnétique généré par les formations de fer à magnétite (Figure 4).
  • Un modèle 3D interrogeable a été réalisé par InnovExplo (Modèle accessible dans l’encadré DOCUMENT, en haut et à droite de la présente page Web). Ce modèle est constitué de 56 388 analyses aurifères provenant de 3 335 forages d’une longueur totale de 247 719 m (Tableau ci-dessous), des chantiers minés, des galeries souterraines et d’un puits de 920 m de profondeur à 3 compartiments.
Localisation
des
forages
Nombre
de
forages
Total de
mètres forés
(m)
Total
d’analyses
Au 
(g/t)
Depuis la surface 256 54 577 14 751
Depuis les galeries 3 079 193 142 41 637
Total 3 335 247 719 56 388

 

  • Un jeu de 68 sections transversales et de 19 plans-niveaux ont été construit pour faciliter l’interprétation des zones minéralisées. A ceci, 4 nouvelles zones aurifères sans chantier exploité ont été découvertes, soit du nord vers le sud les zones : 4, 6N1, 6C et 6P2 (Figures 5 et 6).
  • Les 18 zones aurifères (14 historiques et 4 nouvelles) ont été compilées et sont disponibles sous plusieurs vues : en plan (niveau 3 = 175 m de profondeur; Figure 5) et en section transversale idéalisée (Figure 6).

Travaux historiques

Le roc n’affleure presque pas dans les environs de la mine. La découverte a été faite par forages effectués sur des anomalies magnétiques. La prospection avait auparavant révélé des indices d’or, augmentant l’attrait du secteur.

La description des travaux ci-dessous se cantonne essentiellement autour de la mine Chimo. Les quelques travaux sur le reste des claims n’ont pas été décrits dans cette section.

1936-38 – Quemartic Mines

Les terrains de la mine furent jalonnés à l’automne 1936, puis cédés en septembre 1937 à la compagnie Quemartic Mines Ltd, qui les transféra à une subsidiaire, Quemartic Mines (Québec) Ltd. Au cours de travaux de prospection en 1937-38, de l’or visible fut découvert à deux endroits dans des roches volcaniques. Deux forages d’exploration totalisant 336 m ne rencontrèrent pas de minéralisation d’intérêt économique et les claims furent éventuellement abandonnés.

1943-48, 1963-67 – Chimo Gold Mines

Les terrains furent jalonnés de nouveau en 1943 et achetés en 1945 par Chimo Gold Mines Ltd. Un levé magnétométrique fut effectué, puis 45 forages totalisant 5800 m furent forés en 1945-47. Les premiers forages, situés près de la découverte originale, furent décevants mais des résultats encourageants furent obtenus plus au sud où 6 zones aurifères furent bientôt reconnues. En 1948, les travaux préparatoires au creusage d’un puits furent entrepris, la machinerie fut transportée à pied d’oeuvre mais les travaux furent suspendus jusqu’en 1963.

En 1963, un levé magnétométrique détaillé et un levé électromagnétique aéroporté furent complétés, suivis d’une campagne de 44 forages totalisant 8 390 m, localisés à 300 m à l’est des zones déjà connues. Quatre nouvelles zones y furent découvertes (zones 1, 2 et 3 principalement). Un puits vertical à 3 compartiments de 183 m de profondeur avec galeries à 80, 120 et 175 m fut creusé de novembre 1964 à juin 1965. La production débuta le 1er janvier 1966. La première brique d’or fut coulée en février et la production se termina fin août 1967 suite à l’épuisement des réserves près de la surface. Le minerai était transporté au moulin de Bevcon distant de 22 km qui a été acheté par Chimo Gold Mines Ltd l’année précédente.

1978-89 – SOQUEM – LOUVEM

La propriété fut acquise par SOQUEM en 1978, qui procéda à des levés magnétiques et électromagnétiques. Une campagne de 12 forages (1 548 m) fut effectuée en 1978 et une seconde de 25 forages (6 230 m) en 1980. SOQUEM céda ensuite les titres miniers à sa filiale Louvem. Entre 1981 et 1983, Louvem procéda au dénoyage, à la réhabilitation des anciennes galeries, au fonçage du puits jusqu’à une profondeur de 420 m et à la réalisation de 10750 m de forage au diamant. Les travaux de mise en exploitation ont alors débuté pour se terminer en août 1984 ; date du début de la production. En 1984, une campagne de 33 forages de surface découvrit une nouvelle zone aurifère (zone 5), à 150 m au sud des zones déjà exploitées. Les travaux d’exploitation sur les vieilles zones furent suspendus pour hâter le développement de la zone 5. La production repris à la mi-août 1985. De nouveaux forages (29 forages pour 5 755 m) furent effectués dans les extensions des zones connues et sur des cibles géophysiques menant à la découverte de la zone 6 en avril 1985. Les campagnes successives (1986 : 11 forages totalisant 1 878 m et 1987 : 14 forages totalisant 1 118 m) visaient à mieux définir les zones connues.

1989-97 – CAMBIOR

Le 8 mai 1989, Cambior se porte acquéreur de 50% des intérêts de Louvem et devient opérateur. En 1990, elle achète le 50% d’intérêt résiduel de Louvem. De 1989 à 1995, les travaux effectués étaient essentiellement de type construction, production et développement. Ainsi, on dénote l’approfondissement du puits à 920 m avec développement des niveaux 18 et 19, le déménagement du concentrateur de l’usine Lucien Béliveau à la mine Chimo, la construction d’une usine de remblai en pâte et d’un bureau administratif. Au cours de cette période, aucune campagne d’exploration de surface n’a été menée, toutefois les extensions latérales de la zone 6 ont été vérifiées sur les claims de la propriété Nova de Cambior (campagne 1989-90 : 12 trous totalisant 2 141 m). En 1995, des forages d’exploration (11 forages totalisant 3 492 m) testant les extensions latérales de la zone 5 ont été entrepris et ont permis de localiser possiblement l’extension de la zone 5, située environ 750 m à l’Est.

2001-13 – Exploration Malartic-Sud, Ressources X-Ore et Blue Note Mining

Le 24 janvier 2001, la compagnie Exploration Malartic-Sud achète 100% des droits miniers des propriétés Chimo et Nova. Le 24 avril 2007, Exploration Malartic-Sud change de nom et devient Ressources X-Ore, elle-même amalgamée à la compagnie Blue Note Mining le 15 janvier 2010. Les premiers travaux d’exploration depuis 1997 ont lieu en 2010-11, où Blue Note Mining effectue une campagne de 12 forages totalisant 3 427 m qui testait les extensions latérales et en profondeur des zones aurifères 1 à 3 et 5 à 6.

Accès à la propriété

La propriété Mine Chimo est situé à 50 km au sud-est de Val-d’Or et à 15 km au sud-est de Louvicourt (Figure 1). L’accès à la propriété est garanti tout au long de l’année par la route nationale asphaltée 117 et par un réseau de chemins forestiers gravelés de 11 km.

Contexte géologique

La région est localisée à l’extrêmité sud-est de la zone volcanique sud de la Sous-province volcano-sédimentaire de l’Abitibi. Cette ceinture archéenne est bordée au nord par des roches granitiques de la Sous-province de l’Opatica, à l’est par des roches métamorphisées de la Province du Grenville et au sud par des roches sédimentaires de la Sous-province du Pontiac. La limite sud entre les deux Sous-provinces est marquée par la Zone Tectonique Larder Lake-Cadillac.

La propriété Mine Chimo est située dans le Groupe volcano-sédimentaire de Trivio, proche du contact cisaillé avec la Formation volcanique de Val-d’Or au nord (Figure 3). Les laves de Trivio représentent des basaltes andésitiques et des andésites accompagnés de minces niveaux tuffacés de composition intermédiaire. Les sédiments de Trivio correspondent à des grauwackes et des argilites avec localement des horizons de conglomérat, des formations de fer oxydée et des lambeaux de laves ultramafiques. Les roches volcaniques sont affectées par la phase de compression Kénoréenne N-S, résultant en une schistosité est-ouest bien développée. La fin de cette orogenèse est marquée par des failles en extension d’orientation NE-SO à NNE-SSO.

Le métamorphisme régional est faible à modéré, variant du faciès schiste vert à amphibolite à proximité d’intrusions et de la limite du Front du Grenville.

Caractéristiques des zones aurifères 1 (1A et 1B), 2, 3 et 5 (5B, 5M, 5N et 5BS) (Figures 5 et 6)

La zone 1 suit généralement le niveau ferrifère le plus au nord. La minéralisation consiste surtout en une juxtaposition de filonnets centimétriques à décimétriques d’arsénopyrite grenue. Des couches semi-massives de pyrrhotite avec un peu de pyrite sont parfois présentes mais ces sulfures sont presque stériles en or s’ils ne sont pas accompagnés d’arsénopyrite. Des lentilles ou veines de quartz blanc bordent les zones sulfurées sans teneur économique en or. Les filonnets d’arsénopyrite dessinent parfois des petits plis serrés et à l’occasion, recoupent le litage avec un angle faible.

La zone 2 suit approximativement le contact entre le niveau ferrifère le plus au sud et une intrusion mafique. Les sulfures se trouvent dans une zone de couleur brunâtre riche en biotite. La pyrrhotite et l’arsénopyrite grenue définissent un rubanement grossier parallèle à la schistosité. La bordure des zones minéralisées est constituée de pyrrhotite finement rubanée ou d’arsénopyrite disséminée. Le quartz bleuté forme des lentilles et des veines irrégulières et contient de l’or visible mais peu de sulfures.

La zone 3 est située au contact sud de l’intrusion mafique schisteuse et carbonatée. La minéralisation consiste en moyenne en 3-5% de sulfures disséminés et de veines multiples de quartz bleuté montrant une bonne continuité. Les veines montrent un rubanement qui peut inclure des couches d’épontes avec sulfures disséminés. Les sulfures consistent surtout en arsénopyrite fine avec une quantité moindre de pyrrhotite et d’un peu de pyrite et de chalcopyrite. Les veines de quartz contiennent beaucoup d’or visible, surtout près de leurs bordures, mais peu de sulfures.

La zone 5 est située à l’intérieur d’une lave grise schisteuse et carbonatée et inclut de minces unités de schistes graphiteux. La zone cisaillée a possiblement suivi une mince couche de tuf, mais la déformation et l’altération ont débordé dans les volcanites encaissantes. Aux niveaux supérieurs du plan-niveau 5, la minéralisation principale est une grosse lentille concordante de quartz noir recoupée de nombreux filonnets graphiteux. Elle contient peu de sulfures mais de l’or visible. A ses extrémités, la lentille peut s’arrêter brusquement contre un cornet de schistes graphiteux. Ailleurs, la lentille se ramifie ou se subdivise en veines de quartz parallèles qui, localement, se recoupent l’une l’autre ou recoupent la schistosité. Ces digitations ou veines multiples laissent l’impression que la grosse lentille s’est formée graduellement par accrétion dans une zone de dilatation. A l’extérieur de la lentille de quartz graphiteux, l’encaissant contient de nombreuses veines et veinules de quartz avec un peu d’arsénopyrite dans la veine mais beaucoup plus aux épontes. Ces veines de quartz et d’arsénopyrite sont sans graphite. Elles sont à bonne teneur en or mais étroites et lenticulaires. Certaines sont parallèles à la foliation et d’autres la recoupe. Aux niveaux inférieurs du plan-niveau 5, la lentille de quartz graphiteux disparait. Celle-ci est remplacée par des veines de quartz sans graphite bordées d’arsénopyrite disséminée.

1 MRNF (DV 85-05 à 97-01)

Travaux réalisés par ressources cartier

Compilation, modélisation et interprétation de l’ensemble des données du projet ayant permis de générer les cibles de forage présentées dans les faits saillants.

Travaux planifiés

Forage à l’automne 2016 dans la portion Est de la propriété Mine Chimo.

Documents

Principaux résultats
Autres documents
Documents externes
  • Vidéo du projet Mine Chimo Voir

Photos